• 24 Allée de la Briqueterie - Parc de la Plaine 59650 VILLENEUVE D'ASCQ
  • Du Lundi au Vendredi de 8h à 18h (17h le vendredi)

Le papier est-il encore polluant ?

En quelques décennies, les entreprises ont pour la plupart fait la transition du “tout-papier” au “zéro-papier”. Certaines n’ont pas encore digitalisé tous les processus, documents et supports, mais la marche à suivre semble claire (et évidente) : le papier pollue, le numérique est préférable. Mais est-ce encore vrai ? Rien n’est moins sûr.

Le zéro papier : objectif idéal, vraiment ?

Anti-écologique, source de gaspillage, cause de la déforestation, industrie polluante… les inconvénients du papier paraissent nombreux.

Et si ces entreprises faisaient fausse route ? Et si une partie de l’information leur était manquante, causant des failles dans le raisonnement de la pollution du papier ? L’écologie digitale est en passe de dépasser l’écologie “traditionnelle” dans les années à venir, et pour de bonnes raisons.

Peut-être bien que vous devriez investir dans d’excellentes fournitures de bureau pour avoir un impact positif sur la planète… tout en bénéficiant des meilleurs outils de travail !

Le papier n’est pas responsable de la déforestation

Les chiffres sont plus éloquents que les idées reçues sur la pollution du papier : 40% du bois qu’utilise l’industrie papetière française pour fabriquer du papier trouve sa source dans les déchets de scierie (en majorité) et de bois d’éclaircie des forêts françaises (dans une moindre mesure).

Les bois d’éclaircie proviennent des arbres qui doivent être retirés des forêts afin d’entretenir la bonne santé de l’écosystème. Cette activité fait ainsi partie de la gestion durable des forêts, une mission importante de l’ONF pour qu’elles puissent prospérer.

D’accord, mais alors les 60% restants sont bien en cause dans le réchauffement climatique ? Pas du tout, puisqu’ils sont issus du recyclage d’autres papiers !

La faible pollution du papier grâce à son recyclage

Le papier et le carton recyclés représentent donc la majeure partie du papier produit. Les fibres de papier ont la capacité d’être recyclées au maximum 5 à 6 fois, ce qui augmente considérablement leur durée de vie tout en limitant les déchets. La pollution liée aux déchets du papier est donc à minimiser.

Mais pour que le papier délivre tout son potentiel, encore doit-il être recyclé efficacement. Cela passe notamment par la possibilité de trier efficacement en entreprise. L’acte doit être simple et encouragé par une politique RSE engagée et appliquée.

Dans les écoles aussi, chaque effort compte en matière de fournitures scolaires : il est important de se faire plaisir avec un matériel adéquat permettant de travailler efficacement mais aussi d’agir de façon responsable.

L’écologie digitale pour lutter contre la pollution numérique

La pollution du papier ainsi que de son industrie et celle du digital n’ont rien en commun. Alors que l’une baisse constamment, l’autre connaît une croissance exponentielle.

Également, l’énergie verte est plébiscitée dans l’industrie papetière, comme dans nombre d’autres industries. On estime à plus de 50% la part d’énergie verte utilisée dans la production de média imprimé. Cela est loin d’être le cas pour le numérique.

Une étude d’ATS Consulting illustre l’argument énergétique. On considère qu’une personne “consomme” 200 kg de papier par an en moyenne. Pour produire cette quantité, seuls 500 kWh sont nécessaires : c’est l’équivalent énergétique que requiert un ordinateur pour fonctionner pendant un mois.

Les data centers sur lesquels reposent le web tout entier captent 18% de la production électrique mondiale (étude négaWatt de 2017). Plus de 3 TWh : c’est ce que consomment les data centers en France sur une année. C’est surtout l’usage de plus en plus omniprésent du cloud qui est en cause.

La consommation (et donc la pollution, puisque l’énergie consommée est loin d’être majoritairement verte) du numérique est titanesque. Le plus important, c’est que cette consommation augmente rapidement et que la tendance ne va s’inverser de sitôt.

Papier ou numérique : c’est l’acte responsable qui compte

L’industrie du papier est donc bénéfique pour les forêts, même si tout cela était très différent au cours des siècles passés. Les fausses croyances encore répandues et démystifiées ici proviennent d’un autre temps. Aujourd’hui, la pollution numérique représente un problème bien plus inquiétant que la pollution du papier.

Tout est question d’agir de façon responsable : le papier peut être utilisé avec une empreinte raisonnée et sans avoir d’impact écologique néfaste. À l’inverse, le numérique doit aussi faire l’objet d’efforts : éviter l’envoi de mails très volumineux à de nombreux destinataires, limiter la consommation de vidéos, etc.

Alors n’ayez plus peur du papier et de ses mythes. Découvrez nos catalogues de fournitures de bureau pour travailler dans les meilleures conditions. Vous vous trouvez à proximité de Lille, Arras ou Lens ? N’attendez plus et testez nos fournitures de bureau tout en limitant votre empreinte écologique

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*